30 juillet 2015

Un weekend à Ostende

Un lion perdu dans un parc. // Coucher de soleil sur la plage. // Œuvre d'art ou réminiscences d'un vieil hôtel ?

Bonjour les libellules voyageuses !

Celles et ceux qui suivent l'actualité du blog sur Facebook et sur Instagram le savent, mon Lui et moi sommes allés passer un petit weekend sur la côte Belge, à Ostende très précisément. Il faut savoir que c'est Ladybird qui m'avait donné envie lorsqu'elle avait parlé de son petit break sur la côte voilà quelques temps. Nous avons suivi le même chemin (enfin presque !) et nous nous sommes concocté un weekend de trois jours pour nous ressourcer. Le temps n'était malheureusement pas de la partie, mais nous avons quand même bien pu profiter... laissez-moi vous raconter ça ! Mais d'abord, prenez un thé, un bout de gâteau et installez-vous tranquillement... c'est un roman !

Cabanes de plage. // La mer. // Alerte à Malibu Ostende. // Quelques pas. // Cabine de bain. // Galeries.
En premier lieu l'hôtel. Notre séjour s'est déroulé au Royal Astrid, histoire de profiter de la piscine, du jacuzzi, d'un massage et d'un spa. Bon, je dois vous dire, nous avons fait le choix de payer un tout petit supplément pour profiter d'une chambre dans l'aile rénovée et nous n'avons pas regretté car la chambre était très bien décorée, super cosy et le lit ultra moelleux (peut-être un poil trop pour mon dos, mais c'est une autre histoire). Petit-déjeuner inclus dans le prix de la chambre et honnêtement je n'ai jamais vu un buffet autant garni, c'était tout simplement incroyable ! Le bémol du prix : le parking, qui coûte quand même 18,50€ la nuit.

Dans le prix de la chambre, nous avions un accès à la piscine, pas super grande mais plutôt agréable. Il y avait aussi un jacuzzi, plutôt bien aussi, même si il était malheureusement souvent accaparé ! Je me suis offert un massage aux pierres chaudes... mais la dame s'est trompée en inscrivant ma réservation et je n'ai eu droit qu'à un massage "classique", très bien exécuté cependant. Mais je suis une grande râleuse et j'ai donc poussé un peu la dame de l'accueil... qui a fini par m'offrir un accès gratuit au spa, avec peignoir, serviette et pantoufles en prime. Bon, si j'étais super tentée par l'expérience, je vous avoue que j'ai vite fait demi-tour... car je ne suis pas super à l'aise avec l'idée de faire trempette avec des inconnus... nus ! Parce que oui, dans ce spa, le maillot de bain est interdit... Un raté, mais un raté gratuit, c'est déjà ça.  
C'est pas le tout mais... 

Que faire à Ostende ?

Eh bien plein de choses ! Pour nous, le séjour a été placé sous le signe de la détente mais aussi de la culture puisque nous avons fait quelques visites. Un petit conseil si je peux me le permettre, n'hésitez pas à vous rendre à l'Office de Tourisme pour vous procurer un City Pass, ça vaut vraiment le coup si vous faites plusieurs visites. Plusieurs tarifs sont proposés : 12€ pour le pass 24h, 15€ pour celui de 48h, 20€ pour 72h et enfin 25€ pour un pass à l'année. 
Pêcheur au travail. // Rangement des cirés. // Le Bateau Amandine. // Décor du musée.

Le Bateau Amandine
Ce bateau est le dernier bateau Ostendais à être aller pécher dans les mers d'Islande. En 1995, il rentre au port d'Ostende une dernière fois, pour y rester, en cale sèche. Rénové par des férus de pêche en mer, il abrite maintenant un musée sur l'histoire et les traditions des pêcheurs et de la pêche en Islande. La visite est intéressante et bien construite : après avoir découvert l'histoire de la pêche, on entre dans le bateau, pour tout visiter de fond en comble et finir par ressortir sur le pont. Bref, une chouette visite... et à 4€ l'entrée ce serait dommage de se priver.

Le Mercator. // Vue vertigineuse. // En avant ! // Décor d'intérieur. // Infirmerie de bord.


Le Trois-Mâts Mercator
Dans le port d'Ostende, au milieu des bateaux de plaisance, vous repérerez facilement le Mercator, un voilier-école de la Marine Belge, de 1932 à 1960. Depuis 1961, il est devenu un navire-musée, visite incontournable de tout voyageur de passage à Ostende. La visite est agréable, toutefois, j'ai trouvé que c'était bien dommage de n'avoir que très peu d'explications sur l'histoire du bateau, c'était très succinct et en cela un peu décevant. Pour autant, ça reste une jolie visite à faire sans hésiter ! Et encore une fois, pourquoi se priver quand la visite est à 4€.
Le Mu.Zee
Cette visite n'était à l'origine pas prévue dans notre "plan", mais comme la pluie s'est invitée, nous avons décidé de nous abriter en faisant une visite plutôt que de nous mouiller en flânant dans les rues. Le Mu.Zee propose une grande collection permanente d'art belge et des expositions temporaires. Au moment de notre visite, il y avait "Plis du temps" de Lili Dujourie et "L'Europe Fantôme", une exposition sur la représentation de l'art d'Afrique au XXème siècle. Je vous avoue que je n'ai pas été séduite. L'art contemporain n'est décidément pas mon truc... Mais j'ai apprécié la partie sur l'Afrique. Toutefois, je n'en garderai pas un souvenir impérissable. Ici, l'entrée est à 9€. 

Vue du village. // Intérieur "pauvre". // Détail de chaussures d'époque. // Intérieur "bourgeois".


Walraversijde
Walraversijde c'est un bout de village médiéval de pêcheurs reconstitué, dans lequel on découvre la vie des habitants à l'époque. Tous les bâtiments ont été reconstruits à partir de briques médiévales originales retrouvée sur place lors des fouilles archéologiques du site. La visite se fait avec un audioguide et moi qui y suis plutôt réfractaire, j'avoue que j'ai été assez séduite par celui-ci, où ce sont des personnages habitants de ce village qui nous racontent leur vie à l'époque. On se laisse vite prendre au jeu et entrer dans ces maisons reconstituées et chargées des objets du quotidien de l'époque, comme si les habitants étaient juste là, dehors, ça nous plonge vraiment dans l'Histoire. Bref, un vrai régal et de loin ma visite préférée ! L'entrée est à 8€ et si vous couplez avec la visite de l'Atlantikwall (voir en dessous), vous en aurez pour 10€ les deux...

Tranchées. // Bunker. // Détail d'un drapeau. // Attention ! Les ennemis vous écoutent. // Vue d'un bunker.

Atlantikwall et Maison du Prince Charles de Belgique
En plus de Walraversijde, Raversyde abrite la seule batterie côtière allemande qui subsiste de la Première Guerre Mondiale et qui a été réutilisée par les Allemands lors de la seconde Guerre Mondiale. La promenade est l'occasion de découvrir des bunkers, des postes d'observation, des canons mais aussi quantité d'autres détails et objets de cette époque. Encore une fois, la visite se fait avec un audioguide, un peu moins didactique que le premier, mais qui est très instructif et plutôt intéressant. Et si tout est en si bon état, c'est grâce au Prince Charles de Belgique, qui a vécut dans sa maison au pied du Mur de l'Atlantique et qui en a toujours refusé catégoriquement la destruction. D'ailleurs, vous pouvez aussi visiter sa maison, qui est devenue un court musée. L'Atlantikwall était une visite intéressante et enrichissante, mais je n'ai que moyennement apprécié la maison du Prince Charles. Comme pour le site médiéval, 8€ l'entrée (maison du Prince Charles incluse).

Et qu'est-ce qu'on mange à Ostende ? 

Bon, vous vous en doutez, sur la côte, on mange du poisson et des moules. Sauf que c'est sans compter sur mes goûts... car non, je n'aime ni le poisson ni les moules !
Nous avons donc eu l'occasion de manger dans 5 restaurants différents. Le premier jour, sans le faire exprès, nous avons testé deux italiens, plutôt bons tous les deux : le Cristallo (où j'ai pu manger de délicieux spaghettis Carbonara) et le Marebello (pizza au Gorgonzola au programme). Le dimanche, nous avons testé le Falstaff, un bon restau sur une place commerçante, et le Petit Nice, en bord de mer, pas mauvais mais pas exceptionnel non plus. Enfin, le lundi, nous avons profité du snack proposé par le site touristique "Raversyde" où nous avions visité le petit village médiéval et l'Atlantikwall... qui n'avait vraiment rien d'exceptionnel du tout...
Pas de grosse déception toutefois, vous pouvez, si vous passez à Ostende, y manger sans crainte. Pour lire plus de choses sur les restaurants, n'hésitez pas à aller faire un tour sur mon Yelp !

Voilà mes jolies libellules, j'espère que ce petit tour à Ostende vous aura plu... Je vous retrouve bientôt pour d'autres billets !

19 juillet 2015

L'art du rangement


Bonjour mes jolies libellules, 

Vous le savez, j'adore la déco et les DIY en tous genres. Je suis toujours à l'affût d'une petite nouveauté pour décorer, créer, ranger... Mais depuis quelques temps, de nombreux articles font leur chemin dans mon esprit : des articles ayant pour thème le minimalisme. Bon. Je vous avoue, je ne suis pas encore prête à avoir un appartement tout blanc avec très peu de choses au mur et rien sur les étagères. Parce que pour moi, ce n'est pas chaleureux (mais ce n'est que mon avis personnel !), j'ai besoin de voir qu'un intérieur vit, qu'il est habité et que les personnes qui y vivent ne sont pas des robots fanatiques du ménage. 


Mais, j'ai franchi un cap, où j'ai trop de choses. Oui, oui... trop de vêtements, trop de babioles, trop de trop. En premier lieu il y a eu "La fin de la pile", lu chez The Beauty and The Geek, qui m'a donné envie de faire du tri et de revoir le rangement de ma commode et de mon armoire. Sur un coup de tête, me voici donc lancée le week-end dernier à tout vider pour tout trier, classer et re-ranger.
Résultat, j'ai un accès plus facile à mes pantalons, mes t-shirts sont classés par taille de manches, mes pulls d'hiver sont rangés dans des boîtes, ma penderie est revisitée et j'ai un sac plein de vêtements + un sac plein de chaussures à donner. Jusqu'à maintenant, j'avais la fâcheuse tendance à me dire "oh oui mais je le mettrai plus tard - Ah mais si, un jour je re-rentrerai dedans - J'aime plus trop cette robe mais je la remettrai peut-être un jour on sait jamais - C'était un cadeau, je l'aime pas trop trop mais bon...". STOP ! Stop aux fausses excuses, hop, on trie et on vire ! Le résultat en images (je n'ai pas pensé à vous faire un avant/après) : 




Une fois le rangement fait, je me suis vraiment sentie libérée. Du coup, je vous avoue que j'ai un peu envie de continuer partout. Dans mes papiers (je suis une véritable fourmi là-dessus, je garde tout) mais aussi sur mes étagères partout. Mais sans perdre l'âme de mon appartement, parce que j'aime quand même avoir des petits objets de décoration, mais plus ça va, plus je stocke... et moins j'aime voir toutes ces choses partout. 

C'est là qu'est intervenu l'article de Sirène bio : "Devenir minimaliste ou l'art du grand rangement". Elle fait une liste de 10 points que j'avais déjà commencé à mettre en pratique ce qu'elle évoque. Notamment sur le fait de classer ses livres ou d'acheter des bacs de rangement et des sacs de rangement à air comprimé. Mais après ça, il y a des choses qui me titillent aussi un peu : acheter un destructeur de papiers (mon côté parano n'y est pas pour rien), me débarrasser de tous mes CD et m'occuper de mettre toute la musique en MP3. Je voudrais aussi m'attaquer à la salle de bain, avoir moins de produits pour tout et n'importe quoi et m'en tenir au minimum. Je vais m'y mettre peu à peu, je vous en reparlerai. 

Et puis enfin, il y a eu la découverte du blog de Light by Coco, qui prône le minimalisme sur tous les plans. Si, comme je vous le disais au début de l'article, je ne souhaite pas aller au point qu'elle présente, je trouve ses réflexions et ses actions plutôt intéressantes et inspirantes. Je vous conseille vraiment d'y faire un tour si vous souhaitez vous mettre au minimalisme. C'est d'ailleurs d'elle que je tiens ma petite nouveauté sur le plan "développement personnel" : mon "vision board", évoqué en début de semaine sur Facebook et dont voici les grandes lignes pour ceux qui ne sont pas sur la page (honte à vous !!). 
Dans le sens habituel de lecture : 

1- Essayer de rendre l’appartement moins en bazar, en tous cas de moins stocker de choses et d’avoir un intérieur un peu plus minimaliste.
2- Faire des abdos de manière plus régulière pour muscler tout ça et avoir un dos en meilleure forme.
3- Faire plus souvent du muesli/granola maison et manger des goûters plus sains.
4- Tester les « detox water » et boire plus d’eau.
5- Visiter Venise et Florence en Italie. Et plus largement voyager.
6- Apprendre à faire de jolies tresses sur mes cheveux.
7- Continuer de chercher et trouver des phrases qui motivent.
8- Lire encore et toujours.
9- Découvrir le yoga pour de bon.
10- Faire un sérieux tri dans mes vêtements et mes chaussures pour réduire la taille de ma garde-robe et ne garder que le nécessaire.
11- Je veux continuer d’aimer comme actuellement.
12- Essayer de me maquiller de manière plus régulière. Mais toujours de manière naturelle.
13- Poursuivre mon engagement auprès des Blouses Roses
14- Profiter pleinement de l’année 2015. Ou de ce qu’il en reste !
15- Prendre toujours plus de photos pour tout garder en mémoire.
16- Essayer de m’engager un peu plus dans le féminisme sans pour autant tomber dans l’extrémisme.
17- M’intéresser encore plus aux cosmétiques naturels.
18- Continuer d’écrire sur le blog et d’y prendre le plaisir que j’y prends actuellement.
19- Découvrir de nouvelles recettes et régaler mon entourage encore et toujours.
20- Garder une part d’enfance et sourire aux jolies choses de la vie. 

Voilà mes petites libellules en sucre, les dernières nouvelles de mon dimanche réflexion. Et vous, ça vous tente le minimalisme ?

12 juillet 2015

Relooking de fringues !


Bon dimanche mes jolies libellules !

Avez-vous passé un bon week-end ? Pour ma part il fut créatif puisque hier j'ai enfin pris le temps de réparer mes vêtements qui en avaient besoin, puis j'ai modifié les bretelles d'une robe achetée en soldes vendredi ! Et enfin je me suis confectionné une sorte de "bandeau" pour cacher mon soutien-gorge lorsque mes tee-shirts sont un poil trop transparents à mes yeux...

Et puis en ce dimanche pluvieux (qui rafraîchit l'air et arrose le jardin), après avoir fait mon ménage de fond en comble, je me suis attelée à la customisation de deux vêtements qui n'attendaient que ça depuis quelques semaines (mois ?). J'avais fait des repérages sur Pinterest et cet après-midi a été l'occasion de m'y mettre sérieusement, en adaptant le tout à ma sauce bien entendu ! 

Pour ces deux réalisations, je me suis inspirée de la robe "Aztèque" de Jenni Radosevich sur Ehow et du tee-shirt de CreatingLaura


Pour la robe, sa créatrice utilise un textile thermocollant que je n'avais pas sous la main et que je n'aime pas vraiment utiliser en fait... Je n'ai jamais de chance, tout se décolle toujours, soit au bout de plusieurs lavages soit directement après le collage. Bref, le thermocollant ce n'est pas mon truc ! Du coup, j'ai utilisé mon feutre textile noir que vous avez déjà croisé lorsque j'ai réalisé mon tee-shirt à bicyclette, je me suis appliquée à dessiner le motif en le simplifiant et en l'adaptant à ma robe... et voilà le résultat :


Quant au tee-shirt, Laura en découpe un morceau en bas pour réaliser les nœuds, mais j'ai choisi la facilité en utilisant des chutes de tissu noir que j'avais dans ma boîte à couture. Mon seul "travail" a été de découper les entailles sur les épaules, puis d'encoller les nœuds grâce à de la colle pour textile. On laisse sécher et c'est fini ! Rapide et efficace, on se retrouve avec un tee-shirt original et plutôt joli. 


Et vous mes jolies libellules, quoi de beau pendant votre week-end ? 

7 juillet 2015

Parlons livres #5

Bonsoir mes libellules !

Ce weekend j'ai eu l'occasion de dévorer plusieurs BD, nouvelles acquisitions au travail. Il est rare que je parle de BD par ici alors je me suis dit que c'était l'occasion de changer ça. Surtout que parmi les cinq que j'avais choisies, j'ai eu un joli coup de cœur !

"Les naufragés du Métropolitain", Patrice Ordas & Nathalie Berr
Dans cette BD on se retrouve plongé dans le Paris du 1910 et l'on découvre l'histoire de Valentin, un apprenti joaillier de la Place Vendôme qui tombe dans les pattes d'anarchistes détrousseurs de bourgeois. Leur chef, dit "Le Fennec", convoite des bijoux enfermés dans le coffre de l'atelier où Valentin travaille... Mais c'était sans compter sur le fait que Valentin est sous la surveillance de la fameuse Brigade du Tigre du commissaire Sébille. 
Bon, je ne vais pas vous cacher que ça n'a pas été ma préférée. J'ai apprécié de suivre l'histoire, mais je trouve que les choses vont trop lentement à se mettre en place. Et puis j'ai trouvé les "méchants", un peu trop caricaturaux. Le dessin est agréable mais je dois avouer que le scénario m'a laissée de marbre. Bref, je ne suis pas sûre d'en lire la suite.

"Bonne journée", Olivier Tallec
Cet album n'est pas vraiment une BD à mes yeux dans le sens où chaque page est en fait une image avec une légende. Chaque image nous présente une image de vie quotidienne, tendre ou amusante. Le dessin est vraiment très réussi, absolument superbe. Et les légendes souvent très drôles, ce qui rend l'album superbement réussi. Pour autant, quelques-unes des planches m'ont semblé un peu faciles, et c'est ce qui fait que ce n'est pas un vrai coup de coeur. Toutefois, je ne peux que vous en recommander la lecture, c'est vraiment l'occasion de passer un joli moment.

"Happy parents", Zep
Bien connu pour son héros Titeuf, Zep propose ici de s'amuser des drôles de situations que peuvent rencontrer les parents... et les enfants. 
Bon, j'ai trouvé certains gags amusants, mais tout ne m'a pas fait rire et j'ai malheureusement trouvé que beaucoup étaient basés sur des "pipi-caca" et finalement ça rend les situations un peu moins amusantes, à mes yeux en tous cas. 
Pour autant, certaines pages étaient très drôles, alors finalement c'est une lecture un peu en demie-teinte. Un petit point bonus que j'ai apprécié c'est la grande diversité des parents : des grands, des petits, des gros, des maigres, des moches, des beaux, des colorés ou des pas colorés. Bref, j'ai vraiment bien apprécié cette variété, qui permet tout de même de s'identifier plus que si on n'avait à faire qu'à des beaux/belles gosses. 


"Violette autour du monde", Turconi & Teresa Radice
 Dans ces deux tomes on fait la connaissance de Violette, jeune artiste de cirque qui donnerait tout pour avoir une vie "normale", avec des parents aux métiers bien ennuyeux et habiter dans un endroit qui ressemblerait à une véritable maison... Dans le premier tome, Violette nous emmène avec elle dans son lieu de vie, le Cirque de la Lune, qui s'est arrêté à Paris pour quelques jours. Et au détour d'un petit carnet, Violette fait la connaissance d'un drôle d'artiste peintre, Henri de Toulouse-Lautrec, qui l'invite à changer son regard sur le monde. 
Dans le second tome, ce n'est plus à Paris que l'on retrouve Violette, mais entre New-York et le Canada, où cette fois-ci elle croise la route d'un immense compositeur : Antonin Dvořák. Et celle d'un jeune indien. Tous deux apportent encore leur pierre à l'édifice qu'est la vie de Violette...
Bon vous l'aurez compris, mon coup de cœur est là... Le graphisme des couvertures a attiré mon œil parmi toutes les autres BD et j'ai bien fait de mettre mon nez dedans : le dessin est aussi réussi dehors que dedans. Il y a une vraie douceur dans les traits et en même temps tellement de vie... On voyage ne serait-ce que par les dessins. Mais les scénarios sont aussi très chouettes. On est dans une BD jeunesse, ne l'oublions pas, mais on est loin de la caricature et en plus les jeunes lecteurs (et les plus grands !) découvrent des grandes personnalités culturelles qui changent de l'ordinaire (oui, avouez quand même que Dvořák n'est pas vraiment le compositeur le plus étudié...). Le tout sans être ni moralisateur ni trop éducatif. On est pile poil dans la bonne dose de tout et quand on arrive au bout, on a envie de lire la suite, de retrouver Violette et son Cirque au grand cœur. Car oui, il y a ça aussi qui m'a plu dans cette BD : la notion de l'acceptation de toutes les cultures...
Bref, cette BD c'est du bonheur à toutes les pages, je ne peux que vous recommander de vous lancer !

Et vous mes libellules, des BD à conseiller en ce moment ?

2 juillet 2015

Lovely Things #18

Bonjour mes jolies libellules, 

Votre mois de juin a-t-il été beau et heureux ? Le mien a été chargé à bloc dans tous les domaines, mais j'ai quand même réussi à faire quelques images de petits bonheurs ! Et bien évidemment, vous vous doutez que le mois de juin a été gourmand !

Brownie au coeur caramel d'Irresistibird

Poires au chocolat !

Recette de sandwich trouvée chez Prima, avec du pain de mie complet, des poivrons, du chèvre frais, du jambon de Bayonne et de la tapenade... un vrai délice !

Le "Chorizo Cornbread stuffing", vu chez Damndelicious.

Improvisation d'une tarte aux légumes !

"BBQ chicken salad", croisée encore une fois chez Damndelicious.

Une salade de pommes de terre aux pickles d'oignons, les deux recettes tout droit sorties du magazine "Simple Things".

Une soirée avec des hot-dogs au menu !

Le soleil revenu fut aussi l'occasion de faire une petite plancha, accompagnée d'un taboulé maison !

Et un dimanche soir, j'ai testé une recette trouvée sur une brique de sauce tomates Heinz : des muffins parmesan/jambon et cœur sauce tomate !
Vous le voyez je suis une grande gourmande... On ne se refait pas !! 

Deux magazines qui font du bien !

Nous partons à Venise et Florence en octobre prochain si tout va bien !

J'ai pris le temps de ranger ma cuisine, du coup je vous montre un bout de chez moi, en passant !

J'ai gagné au concours organisé par Blabbermouth Diary !!!
Et puis du plaisir sans images : paresser au soleil avec un bon bouquin dans le jardin, assister à un colloque sur la littérature de jeunesse, manger en terrasse au restaurant, retoucher un vieux pantalon pour en faire un pantalon 7/8ème et réserver en week-end spa en amoureux à Ostende. 

Voilà pour mes Lovely Things mes jolies libellules ! Et vous, votre mois de juin ? Racontez-moi !